Le doigt d’Emma ne prit finalement pas la destination du clavier du téléphone. Son esprit ne lui dictait plus rien. Tout avait été trop vite. Cette rencontre inattendue avec Eric et cette sourde envie de poursuivre ces moments de partage au bar de la Corniche avec Bastien, tout cela se mêlait confusément dans son cerveau. Il y a belle lurette qu’elle n’avait pas eu à faire un tel choix. Toujours tiraillée par des sentiments contradictoires, elle se leva de table, jeta un dernier regard sur les deux petits bouts de papier où l’on distinguait nettement sur l’un, un E et sur l’autre un B. Puis elle se dirigea vers la sortie. Se ravisant, elle retourna vers la table et prit les deux papiers froissés abandonnés sur la nappe. Elle les mit entre deux pages de son petit carnet rose qu’elle enfouit au fond de son sac à main. Elle ne savait pas trop ce qu’elle en ferait, mais inconsciemment, elle pensait qu’ils allaient avoir une importance. Après quoi, elle quitta le restaurant et prit le chemin de son appartement. La chaleur moite de la journée persistait. Elle se sentait sale, n’attendant plus qu’une douche salvatrice et la lecture d’un livre qui occuperait ses pensées, mais aussi avec le secret espoir que son téléphone sonnerait avec au bout des ondes, soit Bastien, soit Eric. Et le premier qui appellerait, aurait sa préférence !